Angelina Jolie : Un nouveau film avec Brad Pitt en vue…

Angelina Jolie : Un nouveau film avec Brad Pitt en vue…

875
0
PARTAGER

Le 23 janvier, tandis que Brad Pitt était à Sundance au côté de James Franco pour défendre le film True Story, son épouse Angelina Jolie prenait l’avion, flanquée de quatre gardes du corps, direction l’Irak. Deux jours plus tard, alors qu’Hollywood a les yeux rivés vers les SAG Awards, c’est loin du glamour et de leurs projets professionnels communs ou non que l’on retrouve Angelina Jolie. L’ambassadrice engagée des Nations unies vient alors de livrer un discours doublé d’un appel à l’aide, au beau milieu d’un camp de réfugiés, victimes de l’État islamique (IE), un groupe jihadiste qui sévit en Syrie et s’apprête à lancer une vaste offensive en Irak.

À Khanké, près de Dohouk dans le Nord de l’Irak, l’ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) avait déploré le manque d’efforts, appuyant sur le bouton d’alarme. « C’est ma cinquième visite en Irak depuis 2007 et les souffrances sont pires que tout ce que j’avais pu voir jusque-là« , a-t-elle déclaré aux journalistes.

De retour à Los Angeles le 27 janvier, le visage sérieux derrière de grosses lunettes de soleil, la star hollywoodienne n’a pas perdu de temps puisque dès le lendemain, elle signait un article dans le New York Times, un titre qui lui est cher puisque sa dernière tribune concernait ses révélations sur la double mastectomie qu’elle avait subie il y a de cela presque déjà deux ans. C’est une Angelina Jolie bouleversée et bouleversante qui a pris la plume ici, pour dénoncer les violences faites au population, la léthargie des dirigeants et la lenteur des promesses de dons que le HCR peine à recevoir. « Je suis allée en Irak cinq fois depuis 2007 et je n’ai jamais vu une telle souffrance que celle dont je suis témoin aujourd’hui », débute-t-elle, avant de raconter, sans filtre, ce qu’elle a vu. « Que pouvez-vous dire à une mère en pleurs qui vous dit que sa fille est entre les mains de l’État islamique ? (…) Que pouvez-vous dire à une adolescente de 13 ans qui décrit l’entrepôt où elle vivait avec d’autres, et d’où on la tirait trois fois par jour pour abuser d’elle ? » Indiquant « qu’une fraction de l’aide humanitaire dont ils ont besoin a été fournie », elle affirme que cela ne suffit pas et que, pire encore, les pays frontaliers de la Syrie ne peuvent plus accueillir de réfugiés. Selon elle, « les appels des Nations unies sont largement sous-financés » et, par ailleurs, « les pays hors de la région devraient offrir un abri aux réfugiés déplacés les plus vulnérables ».

Bien décidée à poursuivre son engagement, Angelina Jolie continue de sensibiliser et de heurter les consciences à grande échelle. De quoi faire écho à ses désirs d’entrer en politique, si ses obligations humanitaires l’y poussaient. Véritablement touchée par le sort des réfugiés syriens, la star de 39 ans pourrait faire un autre geste fort. Selon la rumeur, le couple souhaiterait adopter un septième enfant, un garçonnet de 2 ans répondant au nom de Moussa qu’Angelina Jolie a croisé au camp d’Altinozu en Turquie d’après Women’s Day. Mais aucune source officielle n’est venue confirmer ou infirmer cette rumeur.

Pendant ce temps-là à Hollywood, le quatrième long métrage d’Angelina Jolie, toujours en chantier, agite les observateurs. Après By the Sea (qu’ils ont bouclé à Malte cet automne), il semblerait que Brad Pitt soit très intéressé par l’idée de tourner à nouveau sous la direction de son épouse. Selon The Wrap, il souhaite endosser le premier rôle du biopic Africa, dédié au paléoanthropologue Richard Leakey, un ardent défenseur des animaux qui s’était élevé contre le braconnage dès les années 80. Skydance, qui produit ce film scénarisé par Eric Roth (Forrest Gump), n’a pas fait de commentaire jusqu’ici. Pour ce film, Angelina Jolie sera derrière la caméra et retrouvera Roger Deakins en directeur de la photo, lui qui est nommé aux Oscars pour Invincible. Une belle occasion pour la belle de renouer avec l’Afrique, un continent avec lequel elle dit avoir « une profonde connexion » et dont Zahara, sa fille aînée, est originaire.

Commentaires