PARTAGER

La page agitée de Ban ki Moon avec le Maroc, sera définitivement tournée à la fin de l’année quand prendra sa place, le portugais Antonio Gutteres, à la tête de l’ONU, un homme dont le profil tranche radicalement avec celui de son prédécesseur sud-coréen.

Il l’a prouvé en faisant l’unanimité autour de son nom pour prendre les rênes d’une institution dont il dirigeait la filiale chargé des réfugiés avec un bilan plus que positif pour cet ancien premier ministre portugais.

Ouvert et flexible, diplomate et calme, charismatique, il a tout, contrairement à son prédécesseur qui laisse un mauvais souvenir aux marocains. L’immeuble de verre de l’ONU à New-york a d’ailleurs retentit d’applaudissement à l’annonce de la nomination de son nouveau patron dont les marocains attendront avec impatience sa prise de fonction début janvier prochain pour ouvrir le dossier du Sahara que Ban Ki Moon a compliqué avec ses prises de décision irréfléchies et subjectives.

En faveur du plan d’autonomie proposé par le Maroc pour lequel il s’est prononcé lors de ses visites de travail réussies au Maroc, le nouveau secrétaire général de l’ONU dont la confirmation de sa désignation est attendue dans les prochaines heures, devra s’atteler à trouver un nouvel envoyé spécial pour le Sahara afin de désamorcer la crise et déminer le terrain .

Commentaires