PARTAGER
Le royaume ne s’est pas encore relevé de l’affaire des « déchets industriels italiens » qu’il s’apprête à affronter une nouvelle tempête environnementale avec des révélations de la vente dans les stations service marocaines de carburant toxique.
Selon une organisation non gouvernementale suisse très crédible « Public Eye », des sociétés de distribution Suisses inonderaient les pays africains dont le Maroc, d’hydrocarbures à forte teneur en souffre, interdits par la législation en Europe mais commercialisés librement dans les pays africains dont les gouvernements sont accusés de laxisme par l’ONG. Elle tient à préciser par ailleurs que la qualité de l’air est nocive en raison de la quantité de plomb excessive contenue dans l’essence et le gasoil, présentant ainsi des risques sérieux pour la santé des citoyens. Le manque de standards élevés et de normes strictes dans des pays comme le Maroc, encourage ces sociétés de distribution à dégager des marges et des bénéfices conséquents au détriment de la santé des citoyens.
Cette affaire qui en est à ses débuts avec ces révélations toutes récentes, devrait avoir le même effet que celui des déchets industriels toxiques importés d’Italie pour servir de combustible aux cimenteries. Un scandale qui tombe mal ç l’approche de la tenue de la conférence de la « COP 22″

Commentaires