PARTAGER
Après avoir fait les choux gras de la presse avec plusieurs cas de harcèlement sexuel des élèves, y compris en bas âge, dans les établissements d’enseignement public, c’est au tour d’une mère de la ville de Ouarzazate, d’avoir reçu ouvertement des avances de la part du directeur de l’école primaire où elle était venue inscrire sa petite fille. Ce dernier lui a clairement fait savoir, enregistrement vidéo à l’appui, que les choses pourraient se faire rapidement si elle accepte de prendre un café avec lui. Lui répondant qu’elle était mariée et qu’elle était une femme respectable, le directeur indécent lui a fait savoir que son pêché lui serait pardonné.
Toute cette scène surréaliste a fait l’actualité des réseaux sociaux en mettant en émoi les internautes qui ont demandé une sanction exemplaire pour l’indélicat pédagogue. Devant la tempête créée par l’incident et sa diffusion à large échelle, le ministère de l’éducation nationale a réagi rapidement en suspendant le directeur de l’école en guise de première mesure disciplinaire en attendant son passage devant une commission dépêchée sur place qui pourrait se conclure certainement par sa radiation des listes de ce département.
Un département noyé de plaintes cette année pour harcèlement de la part d’enseignants dans les différents cycles de l’enseignement.

Par Mounia El Omari
Tags : 2m medi 1 tv, information, info, scoop, actualités, Maroc, Rabat, Marrakech, Casablanca, Tanger, faits divers, capitaux, snrt, agression, politique, sport, économie, visa, Qatar, France, marocains, harcélement, parents, enfants

Commentaires