PARTAGER
Plus rien n’arrête les subsahariens vivant illégalement au Maroc pour franchir à tout prix la frontière qui sépare le royaume de l’enclave espagnole de Ceuta, leur rêve commun qui nourrit leur imagination et leurs fantasmes. Alors qu’un groupe venait à peine d’arriver dans l’enclave espagnole il y a quelques jours à bord de jet-skis, la formule s’est révélée trop dangereuse et risquée sans parler du prix excessif exigé par les passeurs ne pouvant embarquer qu’un passager clandestin à la fois. Alors, il fallait bien trouver un autre moyen, sans rien débourser et avec de meilleurs résultats.
Tentant le tout pour le tout, trois cent d’entre eux ont foncé,en courant à toute vitesse, à travers le poste-frontières prenant au dépourvu les gardes.
Ces derniers, qui n’étaient pas en nombre suffisant lors de cette permanence nocturne, ont été débordés par cette marée humaine déterminée et sans peur, et n’ont pu que limiter les dégâts, puisque 187 migrants parviendront à entrer de force dans l’enclave espagnole, tous les autres ayant été soit repoussés vers le territoire marocain, soit blessés, ce qui donne une idée du champ de bataille dans ce poste-frontière devenu perméable.
De grands défis sécuritaires se posent en ce moment au niveau de Ceuta et Melilia puisque les tentatives de forcer barrières et grillages se multiplient ainsi que le recours , pour la première fois, à des astuces originales, comme le jet-ski et la course aujourd’hui et le passage en force de voitures louées au Maroc hier. Il ne se passe plus un jour sans qu’un nouveau procédé ne soit imaginé et expérimenté.

Commentaires