Arabie Saoudite : pas de droit de vote pour les femmes, colère...

Arabie Saoudite : pas de droit de vote pour les femmes, colère des militants

174
0
PARTAGER

Auparavant, le chef de la commission électorale, Abdel Rahman al-Dahmach, avait annoncé que les femmes resteraient exclues des municipales fixées au 23 avril. « Nous ne sommes pas encore prêts pour une participation de la femme aux élections municipales », a déclaré M. Dahmach devant la presse.

 

Il a annoncé qu’un comité allait étudier « le problème » et promis que les femmes voteraient au prochain scrutin, prévu dans quatre ans.

Le royaume avait organisé en 2005 les premières élections de son histoire, pour désigner la moitié des membres des 178 conseils municipaux dans l’ensemble du pays, l’autre moitié étant désignée par le pouvoir. Les femmes avaient été exclues de ce premier scrutin.

Pour la militante Wajiha al-Hwaidar, « toutes les décisions prises par les autorités saoudiennes sont décevantes ». « Je me suis suis habituée à l’attitude des autorités et à l’oppression des femmes », a-t-elle ajouté, interrogée par l’AFP.

Le royaume est gouverné depuis sa naissance en 1932 par la dynastie des Al-Saoud, qui assure défendre un islam rigoureux et se veut héritière des traditions enracinées dans la société bédouine de la péninsule arabique.

Les lois du royaume se disent inspirées de la charia, le droit islamique. Elles interdisent par exemple aux femmes de conduire ou de voyager sans l’autorisation d’un tuteur, et les placent en position d’infériorité en cas de divorce ou d’héritage.

Pour Wajiha al-Hwaidar, « les hommes qui dirigent nos sociétés vivent encore dans le monde d’avant la modernisation et d’avant la globalisation ».

Elle a ajouté que les femmes saoudiennes étaient en partie responsables de leur sort dans la mesure où elles n’ont pas su organiser un mouvement de revendications fort, comme leurs homologues dans les sociétés occidentales.
« Nous avons entendu parler d’une révolution féministe sur internet. Mais les femmes doivent descendre dans la rue ou organiser des sit-in. Sinon elles seront toujours comme un troupeau obéissant », a-t-elle assuré.

La tenue prochaine d’élections municipales intervient alors que des pétitions d’intellectuels circulent sur internet pour réclamer des réformes politiques et sociales, dont le droit de vote et d’éligibilité aux femmes.
« Refuser la participation des femmes perpétue le stéréotype du royaume comme un Etat qui opprime les femmes et limite leur liberté. Un Etat qui ne se préoccupe pas des ses citoyennes », a ajouté le Pr Fassi.
« Nous sommes entourés par le changement », a-t-elle noté, avec à l’esprit les bouleversements qui depuis le début de l’année ont affecté le monde arabe, de l’Afrique du Nord aux rives du Golfe. « Mais nous l’accueillons avec une attitude négative. Faire l’autruche ne servira à rien ».

AFP_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires