PARTAGER

La police marocaine a interpellé trois personnes, dont deux ressortissants turcs soupçonnés d’avoir des liens avec l’Etat islamique, pour des activités de piratage d’équipements de télécommunication, a annoncé le ministère marocaine de l’Intérieur.

Les autorités marocaines ont démantelé plusieurs cellules d’activistes islamistes au cours des derniers mois, dont trois depuis les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis.

« Deux ressortissants turcs étaient impliqués dans le piratage de communications d’un opérateur marocain à l’aide d’un équipement technique sophistiqué », précise un communiqué du ministère publié vendredi soir.

« L’enquête a montré que ces deux Turcs étaient des partisans de l’organisation Etat islamique et que l’un d’eux avait résidé dans un camp dans la province de Hama (en Syrie) où il avait suivi un entraînement au maniement des armes et avait participé à des combats contre l’armée syrienne », ajoute le communiqué.

Les deux ressortissants turcs étaient entrés en contact avec des membres opérationnels de l’Etat islamique afin d’obtenir un soutien logistique. La troisième personne interpellée est marocaine et se serait, elle aussi, livrée à des activités de piratage.

Les autorités estiment qu’environ 1.500 Marocains combattent dans des groupes armés en Syrie et en Irak. Quelque 220 personnes ont été arrêtées après leur retour au Maroc et 286 autres auraient été tuées dans des combats.

Commentaires