PARTAGER
Photo en archive

Presque un an après les faits, le viol s’étant produit en décembre 2016, les enquêteurs espagnols de la Grande Île de l’archipel des Canaries, ont réussi à mettre la main sur quatre marocains âgés de 22 à 32 ans, un cinquième étant toujours en fuite, qu’ils recherchaient activement durant de longs mois pour leur implication dans un viol collectif, commis à tour de rôle sur une touriste britannique, un viol dont la presse du pays de la victime s’est fait largement l’écho tout comme les journaux espagnols qui en ont fait leurs grands titres.

Ivre et racontant une version différente de la réalité, la touriste avait prétendu avoir été abusé sexuellement par un homme dans les toilettes d’un centre commercial et échappé à un second agresseur. Or , il s’est avéré, grâce aux vidéos des caméras de surveillance, qu’elle l’avait été par quatre individus en bord de mer dans un complexe touristique; le cinquième s’étant enfui au moment où la victime, qui ne se rappelait de plus rien, commençait à reprendre conscience, pour ne se rappeler que du visage de son dernier agresseur. La police espagnole n’avait pas de trace des photos de reconnaissance des violeurs dans ses fichiers, pour la simple raison qu’ils se trouvaient tous en situation illégale dans cet archipel espagnol très prisé par les touristes britanniques. la persévérance des enquêteurs des Iles Canaries aura finalement payé, puisqu’ils sont parvenus à démêler l’écheveau de cet énigme, un an après.

Commentaires