Au Liberia, l’ancien chef de guerre Prince Johnson se pose en faiseur...

Au Liberia, l’ancien chef de guerre Prince Johnson se pose en faiseur de rois

262
0
PARTAGER

Sur le campus de l’université de Monrovia, la capitale libérienne, certains prennent une pause à l’ombre des arbres, comme Carmen, une militante du Parti de l’unité (UP) d’Ellen Johnson Sirleaf. Entre deux bouchées de glacées, elle livre son analyse. « Je pense qu’il va nous donner la plupart des voix du comté du Nimba, explique-t-elle. En plus notre parti était deuxième là bas, donc ils vont voter pour l’Unity Party, et on va faire mieux ».

Plus loin en revanche, l’annonce de Prince Johnson, arrivé troisième au premier tour des élections du 11 octobre, de soutenir Ellen Johnson Sirleaf a laissé perplexe cet étudiant en sciences politique. « Il a dit qu’Ellen Johnson Sirleaf ne méritait pas le prix Nobel de la paix parce qu’elle avait été un leader rebelle, souligne-t-il. Et maintenant, il dit qu’elle mérite qu’il vote pour elle. Ce n’est pas rationnel ».

Il y a quelques jours, Prince Johnson était aussi monté sur scène avec les partis d’opposition pour dénoncer le travail de la commission électorale et menacer de ne pas reconnaître les résultats.

En ville, devant un panneau d’affichage résumant les informations du jour, Mohamed ne voit qu’une seule explication : « Il a peur que si le CDC [le Congrès pour le changement démocratique de Winston Tubman] gagne, il plaide pour un tribunal pour les crimes de guerre au Liberia. Je crois que c’est la seule explication, parce que sinon, il est dans l’opposition à Mme Sirleaf ».

Mais attention prévient cet homme d’âge mur, il reste encore trois semaines avant le second tour. « Ellen Johnson Sirleaf devrait rester sur ses gardes. C’est un caméléon, on ne peut pas faire confiance à un chef de guerre dans ce domaine. Il peut dire une chose un jour, et le contraire le lendemain ».

Pour l’ancien chef de guerre, c’est certainement la consécration. Lui qui savoure son statut de faiseur de rois est au cœur des discussions depuis deux jours au Liberia. Mercredi, il a annoncé qu’il avait réclamé 30% du gouvernement en contrepartie de son soutien.

 

RFI___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires