PARTAGER
Déjà en état d’alerte maximale depuis un certain temps pour parer à toute menace terroriste, le Maroc, à l’instar d’autres pays visés à travers le monde, a renforcé son dispositif sécuritaire, conscient que la menace pèse toujours sur le pays.
Dans le double viseur de « Daech » et d »Aqmi », tous les postes frontières sont sur le qui-vive alors que l’armée s’est déployée aux frontières avec l’Algérie pour prévenir toute incursion de groupes terroristes venus du Sahel déterminés à trouver la faille our venir commettre sur le sol marocain des actes de grande ampleur, y compris au moyen d’armes chimiques pour lui faire payer sa participation dans la lutte internationale contre le terrorisme sous toutes ses couleurs et toutes ses formes. Les services marocains sont de plus en plus confrontés à une réalité qui s’impose, les nébuleuses terroristes ont trouvé en les ressortissants européens d’origine marocaine un vivier de recrutement de kamikazes, candidats au suicide pour d’obscures causes, pour semer la terreur dans des pays qu’ils connaissent bien, en y vivant et en en connaissant toutes les faiblesses au niveau sécuritaire. D’où la question de savoir si tôt ou tard, les services marocains ne seront pas appelés à venir prêter main forte à leurs homologues européens pour un îlotage des zones sensibles susceptibles d’abriter de futurs candidats aux actes terroristes de grande ampleur, tels ceux de Paris et de Bruxelles, comme ces pays s’attendent encore à voir se produire sur leur sol.

Commentaires