PARTAGER

Le parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires se trouve à son tour pris dans une grosse tempête après ses déboires électoraux. Suite aux dernières élections partielles, le parti a perdu des sièges à la chambre des représentants qui lui ôtent toute possibilité de continuer à constituer un groupe parlementaire. Face à cette nouvelle réalité et ce revers impensable pour une formation qui jouait naguère les premiers rôles sur l’échiquier politique, un vent de contestation s’est mis à souffler au sein de ses rangs et des voix nombreuses et déterminées en appellent désormais au chef de l’Usfp, Driss Lachgar accusé d’avoir mené sa formation à cette déconfiture annoncée par ses adversaires dès sa prise de fonction.

Les choses ont empiré avec son second mandat et sa conduite unilatérale des affaires du parti, revenu au gouvernement pour y jouer les seconds rôles. Reste qu’il sera difficile d’obtenir son départ avant la tenue du prochain congrès bien que, selon des sources internes, il n’est pas exclu que l’intéressé tire lui-même les conclusions de ses déboires électoraux et prenne la sage décision de quitter le parti, pour en confier les rênes à titre intérimaire, au numéro 2, Habib Malki, l’actuel président de la chambre des représentants. Dans ce cas de figure, ce dernier bénéficierait alors d’un tremplin pour se faire élire à la plus haute fonction au sein de l’Usfp et engager une révolution interne pour redonner du lustre au berceau des socialistes marocains.

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires