PARTAGER

Depuis quelques jours, la valse des prix des denrées alimentaires et des services bat son plein, dépassant les limites du supportable pour les consommateurs, sans que rien ne semble arrêter cette spéculation inattendue, le gouvernement ayant , semble-t-il d’autres chats à fouetter en ce moment.

Dans les marchés et les commerces, la colère des citoyens gronde, car jugeant ces hausses sans justification et illégales. qu’on en juge à travers quelques exemples avec les œufs qui reprennent leur tendance haussière, les légumes et les fruits, les produits de base importés des enclaves espagnoles comme le riz et les pâtes alors que dans les boulangeries, les viennoiseries deviennent inaccessibles en raison de la hausse du prix du beurre d’importation.

Les services enregistrent la même flambée dans les transports de taxis où le secteur est devenu fermé à tout règlement alors que dans les blanchisseries, les prix ont été revus à la hausse de plusieurs dirhams sans qu’aucune cause ne soit avancée. Tout porte à croire que le marché s’est emballé depuis la semaine dernière et que, devant la passivité des pouvoirs publics, les prochaines semaines verront la montée en flèche de tous les produits et services, même ceux épargnés jusque-là comme la viande alors que le poulet a rejoint le lot des augmentations qui ne seraient en fait imputables qu’aux rumeurs sur un proche retour des prix des carburants à leurs anciens records.

La spéculation sauvage n’est pas à chercher très loin, non plus.

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Tags : prix, augmentation, alimentation générale, poisson, fruits et légumes, essence, beurre, actualités marocaines, maroc, Rabat, Casablanca, Tanger, Marrakech, scoop, infos,

Commentaires