AUTOUR DES FTOURS, Chroniques de la rupture du jeûne

AUTOUR DES FTOURS, Chroniques de la rupture du jeûne

764
0
PARTAGER

Cette capture n’est pas celle du touriste ahuri ou du zèle documentaire, mais l’approche d’un artiste qui donne à penser notre propre regard sur une autre culture qui nous est plus ou moins familière. Le Ramadan suscite l’incompréhension dans un Occident qui ne conçoit plus la frustration. Alors que l’on appréhende l’expérience comme une épreuve difficile, endurante, à la limite du supportable, les Marocains de Rabat sur lesquels s’est concentré le photographe, l’attendent avec impatience. Les dernières semaines du mois de Chaabane, celui qui précède le mois de Ramadan, les préparatifs commencent : le pays tout entier met en place ce que les Anciens appelleraient l’annone, soit un approvisionnement colossal en matières premières pour que rien ne manque aux « ftours » et que ce pilier de l’Islam n’entraîne jamais d’inflation des denrées alimentaires. Le principe même du jeûne étant de se rappeler 30 jours par an la faim et la soif que connaissent les plus misérables d’entre nous, l’Etat ne cherche pas à appauvrir sa population.

Picquart nous plonge in médias res dans cette ambiance de surexcitation -comparable, somme toute, à celle que nous ressentons à l’approche de Noël- préliminaire au vingt-neuvième jour du mois de Chaabane, qui en connaîtra peut-être un trentième si le premier croissant de lune n’est pas apparu dans le ciel Indigo. Puis s’enchaînent les « ftours », qui gardent la même saveur, qu’ils se consomment autour d’une table raffinée ou sur un cageot retourné en pleine rue …

Du premier au trentième jour de Ramadan, l’objectif se pose sur la similitude émotionnelle d’un seul et même moment pour tous, celui du premier repas de la journée. Son symbole et ses bienfaits sera le même pour les orphelins, les prisonniers, les familles modestes ou privilégiées. Lors, ce jeûne est perçu davantage comme « un rite fédérateur », pour emprunter la formule de Youssouf Amine Elalamy – auteur de la préface – que comme une pratique exhaustive de la religion musulmane.

Trente clichés pour rendre compte de l’unité , mets abondants pour rendre compte de la faim, nuits spectaculaires pour rendre compte des journées au ralenti , Autour Des Ftours est un ouvrage d’une grande beauté, sublimé par les textes de Brigitte Picquart, sa femme, qui fut directrice de l’école Albert Camus à Rabat, et dont les commentaires constituent la meilleure des initiations. A l’heure où nous avons honte de représenter la nation de l’intolérance en Europe, ce fragment d’humanisme saura réchauffer les cœurs.

Taline Kortian

Le livre « AUTOUR DES FTOURS » est désormais disponible dans librairies marocaines et françaises

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

Actu-maroc.com

Commentaires