AVALANCHE DE MENACES ET DE CONDAMNATIONS POUR LE FILM DE NABIL AYOUCH...

AVALANCHE DE MENACES ET DE CONDAMNATIONS POUR LE FILM DE NABIL AYOUCH « Much Loved »

2885
0
PARTAGER

L’opinion publique marocaine toujours chauffée à blanc depuis la
diffusion d’extraits révélateurs du dernier film du réalisateur Nbyl
Ayouch « Much Loved », « Zine Lifik » en langue arabe, ne cesse d’être
sollicitée pour mener l’assaut contre cette création et son auteur
ainsi que l’actrice principale du film. Ainsi, après le lancement
d’une page sur « facebook » pour les dénoncer, une autre page a été crée
appelant à exécuter le réalisateur et la comédienne Loubna Abidar.

Plus calme a été la décision d’un homme d’affaires connu qui a annoncé
sur les ondes d’une radio son intention d’engager un avocat à ses
frais, pour poursuivre le réalisateur en justice, rejoint en cela par
l’Association Marocaine de Défense du Citoyen qui, elle aussi, a
engagé une procédure visant Ayouch et l’actrice précitée devant le
tribunal de Marrakech, pour avoir porté atteinte à l’image de la
ville, des femmes marocaines et du pays de manière plus générale.
Enfin le scandale a débordé sur la scène religieuse, puisque l’imam
Yahia Mdaghri, l’un des plus réputés du pays, a évoqué le film décrié
dans son prêche donne vendredi dernier dans une mosquée de la ville de
Salé, en parlant d’incitation à la prostitution. Ne manque plus qu’une
fatwa pour boucler la boucle d’un scandale qu’aucun film marocain
n’avait connu au paravent de manière aussi violente.

Commentaires