PARTAGER
Le pouvoir algérien est aux anges, comblé même par le grave incident diplomatique qui a lieu actuellement entre le Maroc et l’Onu. D’abord parce qu’elle estime y être pour quelque chose puisque c’est lors de la visite du secrétaire général de l’Onu à Alger, que ces propos incendiaires contre le royaume ont été lancés, considérant au passage avoir asséné un coup fatal à la diplomatie marocaine avec laquelle son homologue algérienne est engagée dans un grand bras de fer sur la scène internationale.
Pour rappel, l’Algérie a de tout temps œuvré sans relâche pour empoisonner les relations du royaume avec les instances internationales dans le dossier du Sahara en y consacrant des moyens financiers considérables pour le lobbying dans les grandes capitales des pays qui siègent au Conseil de Sécurité et ceux sensibles avec naïveté aux sirènes de la défense des droits de l’homme. Bien que la partie soit mal engagée pour Rabat, il n’est pas certain qu’Alger en tire un profit conséquent, le royaume ayant encore plusieurs atouts de taille dans sa stratégie de riposte bien calculée.
C’est d’ailleurs ce que pense une bonne parti de la presse indépendante algérienne qui tend à minimiser la crise marocaine avec l’Onu en y accordant que peu de place dans ses colonnes et en évitant de porter des jugements hâtifs dans un dossier beaucoup plus compliqué qu’il n’y parait et dans lequel l’Algérie pourrait y perdre des plumes par ricochet.
Par Jalil Nouri

Commentaires