PARTAGER

La dernière déclaration du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane sur l’intervention Russe en Syrie signifiera-t-elle la fin politique de ce dernier après la vive condamnation de ses propos par son propre ministre des affaires étrangères, Salaheddine Mezouar?

Le leader islamiste du PJD avait failli faire capoter les relations entre le Maroc et le pays de Poutine récemment renforcées par la visite du roi Mohammed VI, qui a mal accepté cette déclaration au point de pousser l’ambassadeur russe à demander des explications de la part du chef de la diplomatie marocaine au cours d’une audience qui semble-t-il a atténuer la tension mais sans faire oublier les différents dérapages verbaux de Benkirane qui lui ont valu d’être sermonné par le palais à maintes reprises.

Autant dire que tous les ingrédients sont réunis pour le voir quitter le gouvernement qu’il peine à constituer. Le retard pris ainsi que la bourde diplomatique avec la Russie sont à eux deux suffisants pour pousser le souverain à demander à ce que Benkirane soit remplacé par un autre membre de la direction de son parti dans quelques jours, le temps que le deuil de sa mère, récemment décédée, se termine et de lui trouver un successeur  moins controversé.

Commentaires