PARTAGER

Le milliardaire et ministre, Aziz Akhanouch, qui a déjà le monopole sur plusieurs branches du secteur énergétique, se prépare, selon certaines rumeurs, à travers son puissant groupe de distribution de carburant Akwa , à se poser comme alternative à la crise causée par la mise en liquidation judiciaire de la Samir, le seul raffineur du pays, dont le propriétaire saoudien, Al Ammoudi, ne semble pas en mesure de répondre aux conditions posées par l’état après ce fiasco.

Dès lors et selon certains observateurs avisés, deux scénarios se présentent d’ici le mois de juin avant la vente aux enchères de la raffinerie de Mohammedia, soit trouver un nouvel opérateur pour son rachat, soit la renationalisation de l’entreprise, ce qui semble peu probable. Mais il existe une alternative gardée secrète pour l’instant mais qui est à l’étude, il s’agit de la construction d’une nouvelle raffinerie, plus moderne, par un groupe de référence celui, d’Aziz Akhenouch, qui rêve de ce projet pour asseoir sa suprématie sur le secteur et contrôler raffinage et distribution avec son large réseau « Afriquia », en laissant le soin à l’état de tourner la page définitivement de la « Samir » en démantelant la raffinerie de Mohammedia après la vente aux enchères de ce qui reste à vendre afin que les créanciers, notamment les banques, puisent récupérer leurs créances qui dépassent les 4,3 milliards de dirhams.

Akhenouch, lui, n’est pas pressé, d’aller construire son bijou, probablement à Jorf Lasfar.

Par Jalil Nouri

 

Commentaires