Bachchan et Isabelle Huppert lancent la douzième édition du Fifm

Bachchan et Isabelle Huppert lancent la douzième édition du Fifm

305
0
PARTAGER

Malgré le mauvais temps, les spectateurs sont venus acclamer les stars nationales du grand et petit écran, mais c’est aussi et surtout Bollywood qu’ils sont venus voir en chaire et os. Cette édition est en effet marquée par l’hommage qui sera rendu au cinéma indien dont les figures les plus emblématiques déambulent déjà discrètement (autant qu’ils le peuvent) à Marrakech.

Véritable légende du cinéma indien, élu superstar du millénaire par la BBC, Amitabh Bachchan  nous a confié son étonnement de recevoir à chaque fois un accueil qui ont dit long sur les liens qui unissent le cinéma hindi au public  marocain : « Je trouve remarquable qu’un autre pays fête avec nous les cent ans du cinéma indien », nous a confié la star confortablement  installée à la Mamounia.

C’est en ce même lieu que les membres du jury ont élu domicile. Parmi eux Jilali Ferhati le membre marocain du jury de cette édition 2012 qui va devoir poser son regard critique  sur les quinze films en compétition qui sont essentiellement  des premières œuvres. « Un bon film pour moi, c’est un film qui me donne la chair de poule et que je n’oublie pas » nous a répondu Jilali Ferahti à qui nous avons demandé quel ingrédient était susceptible de l’accrocher.

Tel est le pari des deux films marocains en compétition. Pour la première fois, le festival de Marrakech a choisi d’ouvrir les portes de la compétition à une œuvre marocaine supplémentaire. « C’est une bonne chose d’ouvrir davantage la compétition aux films locaux. Des grands festivals le font, comme Cannes qui sélectionne plusieurs films français » se réjouit Nabyl Ayouch dont le film Les chevaux de Dieu a été retenu en compétition officiel.

Il aura la lourde tache de faire oublier les nombreuses années de disettes du cinéma national au palmarès de Marrakech. Pour l’accompagner dans cette mission, le Fifm a choisi « Zéro » de Nour-Eddine Lakhmari, second volet de la trilogie qu’il compte consacrer à Casablanca. « Le film va marquer les esprits » pense le critique de cinéma Bakrim.
Reste au jury de se prononcer.

Place pour le moment aux paillettes et à l’inestimable richesse que recèle les innombrables œuvres qui seront diffusées.

 

 

___________________ actu-maroc.com

Pour toutes vos manifestations à ce sujet, écrire au journal qui transmettra

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires