Bactéries résistantes aux antibiotiques: La France prend la menace très au sérieux

Bactéries résistantes aux antibiotiques: La France prend la menace très au sérieux

338
0
PARTAGER

Le dépistage de la bactérie sera ainsi systématique pour tous les Français ramenés sous surveillance médicale, et dans l’attente du résultat les patients seront isolés.

Mardi, la direction générale de la santé, a annoncé son intention de recommander aux établissements et aux professionnels de santé le dépistage chez les patients ayant séjourné dans un hôpital étranger.

La bactérie ayant été identifiée chez un homme qui rentrait de ses vacances en Inde où il a été hospitalisé. Il ne présente pas pour autant d’infection liée à cette bactérie.

Révélée la semaine dernière par le journal médical britannique The Lancet, la bactérie aurait été repérée chez près de 200 patients à travers le monde, dont plus d’une centaine en Inde.

Remettant en cause le « tourisme médical », les chercheurs s’inquiètent puisqu’ils redoutent que la bactérie ne s’étende un peu partout sur la planète, d’autant plus qu’elle se caractérise par une rapidité de propagation. Elle se transmet par les mains, mais pas dans l’air, ou encore en buvant de l’eau contaminée.

La plupart des cas concernent des personnes d’origine indienne ou pakistanaise ou encore des voyageurs ayant séjourné dans des hôpitaux du sous-continent indien, des « touristes médicaux » attirés par des coûts peu élevés pour subir des interventions chirurgicales, souvent esthétiques, selon les experts.

Pour la chirurgie esthétique, ce sont les Britanniques qui vont le plus souvent se faire opérer en Inde ou au Pakistan alors que « les Français vont beaucoup plus volontiers au Maroc ou en Tunisie, qui ne semblent pas touchés pour l’instant », estime le professeur Patrice Nordmann, de l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Trente sept souches ont été dénombrées en Grande-Bretagne.

« Le phénomène a probablement dû démarrer en Inde, vers 2005 ou 2006, en raison de facteurs favorisant l’émergence de résistances bactériennes: des problèmes d’hygiène, une surpopulation, un climat chaud et humide et un recours non raisonné et hors prescription médicale aux antibiotiques », explique le Pr Nordmann dans un entretien publié par le journal français Le Monde, daté de mercredi.

Selon lui, pour les différentes souches connues dans le monde, la résistance aux antibiotiques est variable. Ainsi, la souche trouvée en France, par exemple, est sensible à cinq antibiotiques, indique-t-il.

Dans tous les hôpitaux français, les patients à risque hospitalisés en réanimation font l’objet de tests de détection des gènes de résistance aux antibiotiques à partir de prélèvements de selles.

Le ministère français de la santé devrait très vite annoncer que toutes les personnes hospitalisées à l’étranger, y compris aux Etats-Unis, et rapatriées dans un hôpital français, soit de 10.000 à 20.000 personnes par an, seront testées, selon le spécialiste français.

Il dit craindre toutefois que « la Grande-Bretagne ait du mal à se débarrasser de ces entérobactéries multi résistantes ».

A cause de cette résistance aux antibiotiques, la plupart des traitements se révèlent inefficaces, ce qui peut s’avérer très dangereux pour des malades fragiles ou surinfectés.

Commentaires