PARTAGER
S’il est un conseil d’une ville qui donne le plus mauvais exemple au Maroc de la pratique de la politique et de la gestion des affaires publiques, c’est bel et bien celui de la capitale administrative, Rabat.
Les réunions importantes de ce conseil dirigé par les islamistes du PJD, surtout les votes concernant les budgets, ont tendance à se transformer à chaque fois en séances de boxe et de bagarres où chaises et tables ainsi que les micros volent au-dessus des têtes. Ce sont à chaque fois les mêmes protagonistes qui sont à l’origine des échauffourées, à savoir les élus du PAM et ceux du PJD qui au moindre malentendu ont recours aux coups de poing dans un chahut indigne d’un conseil d’une capitale au moment où le roi revient à chaque discours sur la nécessité de procéder à un changement des mentalités et à la valorisation du travail des élus pour une meilleure efficacité.
La vidéo des bagarres comparables à celles des voyous qui ont enflammé Twitter et reprises par d’autres réseaux de partage ont de quoi laissé pantois, incrédules sur ce genre de comportements qui finiront par dégouter les citoyens des élections locales et des autres consultations. Du sang dur les visages, des vêtements déchirés, des coups échangés, des meubles prisés dans un désordre indescriptible et aucun résultat au bout du compte qui améliorerait le quotidien des contribuables. Peut-on réellement parler alors, d’élus représentant la population ?
Par Jalil Nouri

Commentaires