PARTAGER
Le premier ministre russe Dimitri Medvedev sera au Maroc en visite officielle dès le 11 octobre et sera suivi par un déplacement tout aussi officiel de trois jours dans la capitale marocaine alors que le Maroc attend toujours la date du voyage du roi d’Espagne ou à défaut le chef du gouvernement Mariano Rajoy en butte aux pires difficultés avec la fronde indépendantiste en Catalogne, enfin la capitale marocaine s’apprête à accueillir le nouvel émissaire de l’Onu pour le Sahara, dont ce sera la première visite dans la région. Après un été relativement calme, la diplomatie reprend tous ses droits et place le royaume dans une conjoncture qui lui est favorable au ment où ses adversaires tentent de torpiller ce statut particulier. La première visite au Maghreb effectuée au Maroc par le nouveau président français Emmanuel Macron a démontré cet intérêt d’un partenariat stratégique avec Rabat. A l’Onu ces derniers jours et en marge de l’assemblée générale, les contacts et pourparlers incessants du chef de la diplomatie, Nasser Bourita, ont souligné de leur côté,l’importance du rôle joué par Rabat à l’échelon international et particulièrement en Afrique.
Connu pour être un carrefour au niveau économique et humain, le Maroc l’est devenu tout autant au niveau diplomatique depuis qu’il agit en concert avec d’autres nations dans un élan de solidarité contre le terrorisme et pour le maintien de la paix partout dans le monde.

Commentaires