PARTAGER
A quelques mois de son départ de l’Onu au terme de sa mission de secrétaire général de cette organisation chargée de régler les conflits à travers le monde, Ban Ki Moon vient d’en décider autrement en aggravant le dossier du conflit du Sahara en prenant ouvertement parti pour l’un des protagonistes et en faisant prendre au processus de règlement le chemin inverse.
En tenant des propos incendiaires hostiles au Maroc à partir d’Alger où il était récemment en visite avec un détour guidée par les camps des séparatistes du Polisario où il a été pourtant bruyamment chahuté et agressé à coups de pierres, le diplomate le plus influent de la planète s’est laissé aller à des déclarations stupéfiantes qui ne vont pas de pair avec son statut qui lui dicte la neutralité en toute occasion, allant jusqu’à traiter le royaume d’occupant de ses provinces du sud.
La messe est ainsi dite dans ce dossier et il n’y a plus rien à attendre de la part de ce responsable jusqu’au terme de son mandat qui arrive à échéance dans quelques mois, après qu’il ait réduit à néant tous les efforts entrepris pour un règlement du conflit du Sahara.
La réaction du Maroc, à la mesure de la gravité des propos du secrétaire général de l’Onu devrait connaître des prolongements importants sur la scène internationale puisque Ban Ki Moon s’est mis en porte-à -faux par rapport à son Conseil de Sécurité qui a jusque-là adopté une position objective, réaliste , mesuré et constante dans ce conflit.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires