PARTAGER
Aux yeux de nombreux observateurs des arcanes de l’ONU et son fonctionnement, l’attitude hostile inattendue du secrétaire général de l’Organisation des Nations -Unies à l’égard du Maroc comporte bien des mystères car rien ne justifierait actuellement sa volte-face d’autant lus qu’il a pris les risques de s’attaquer à un pays considéré comme solide diplomatiquement au niveau de l’ONU et des grandes capitales occidentales mais aussi en Russie, comme de viennent de le montrer les résultats de la récente visite que vient d’y effectuer le roi Mohammed VI conclue avec le soutien de Poutine.
Le Maroc, qui, selon certaines sources, envisagerait d’attaquer Ban Ki Moun en justice pour avoir manque de respect envers l’institution monarchique, reste confiant dans sa position, en sachant que ce dernier n’aura pas gain de cause d’autant plus que son attitude contre le royaume a littéralement viré à l’acharnement qui l’a amené à supplier certains membres du Conseil de Sécurité de lui exprimer ouvertement leur soutien dans son bras de fer avec Rabat, chose que la majorité des pays ne sont pas prêts de lui accorder. Dépité et mauvais joueur, le secrétaire général multiplie les manigances en coulisses pour faire tourner les événements à son avantage de la manière la plus perfide: empoisonner les relations de l’ensemble des composantes du système onusien avec l’un de ses meilleurs élèves: le Maroc. Autant dire un combat perdu d’avance qu’il regrettera pendant longtemps d’en avoir été à l’origine sans en avoir pesé les conséquences.
Par Jalil Nouri

Commentaires