PARTAGER
Le compte à rebours a commencé pour le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, dont les graves démêlés avec les autorités marocaines pourraient le pousser à quitter son poste avant la fin de son mandat prévue pour décembre.prochain.
Bien avant son audition fatidique de lundi prochain par le Conseil de Sécurité, le responsable onusien semble avoir tiré les conséquences de ces graves maladresses diplomatiques pour raccourcir sa mission et sortir par la petite porte sans y être poussé, car au rythme où vont les choses avec son désaveu par plusieurs pays membres qui donnent raison au Maroc, un minimum de dignité doit le pousser à quitter son siège pour une sortie honorable après avoir lamentablement échoué dans sa dernière tentative de résoudre un conflit.
L’histoire retiendra qu’il aura été le seul secrétaire général de l’ONU, à non seulement avoir échoué dans sa médiation mais en plus s’être distingué en compliquant le dossier pour compromettre toute chance de règlement. Le secrétaire général n’a pas caché à ses proches collaborateurs ces dernières heures que jamais il n’aurait pensé partir de la sorte et qu’il gardera une grande amertume de cette crise après avoir été déconsidéré par des pays auprès desquels il avait espéré soutien et égards pour son rôle à la tête de l’ONU.
La semaine prochaine sera décisive pour la suite des événements surtout avec les préparatifs avant la présentation du rapport annuel sur le Sahara.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires