Ban Ki Moon m’exaspère simplement

Ban Ki Moon m’exaspère simplement

1312
0
PARTAGER
Devinez qui c'est M. Ban Ki Moon et où a été prise cette photo?
«Nous regrettons le malentendu et les conséquences induites par cette expression personnelle», c’est en ces termes qu’un porte parole de Ban Ki Moon, a tenté de désamorcer le mécontentement grandissant des marocains et de leurs très nombreux soutiens, suite à ses malheureux actes et paroles, lors et après sa récente visite en Algérie.
Le voulait il vraiment?
« Il est utile de comprendre les circonstances dans lesquelles le secrétaire général de l’ONU a utilisé le terme « occupation ». Il l’a utilisé une seule fois en réponse à la question d’un journaliste» poursuit le texte, dans lequel il est  précisé  aussi que le SG  «a été ému et attristé face aux conditions difficiles dans lesquelles vivent des hommes, des femmes et des enfants, depuis quarante ans». «L’utilisation de ce terme n’était ni préméditée, ni délibérée. Il s’agit d’une réaction personnelle spontanée», poursuit le document.
Soit Monsieur le secrétaire général.
Cependant, le rédacteur du texte semble avoir oublié que l’émotion ne vous a point quitté même longtemps après la visite. Lorsque notre ministre des affaires étrangères est parti vous demandez des explications, vous l’avez reçu comme un moins que rien, oubliant les usages diplomatiques et le fait qu’il était l’émissaire d’un Etat membre exemplaire, d’un gouvernement représentatif d’un peuple respectable et respectueux.
Votre émotion persistante même  à New-York, explique t elle votre pression sur les membres du conseil de sécurité et d’autres à épouser votre point de vue?
Avouez que c’est exaspérant à la fin.
Puisque vous semblez avoir de la compassion pour la misérable population dans les camps de Tindouf, il aurait été plus intelligent de vous demandez qui ils sont? Puisque vos services ne sont jamais arrivé ni à les recenser pour en connaitre le nombre exact, ni à se fixer juridiquement sur leurs réelles  origines.
Vous auriez donc dû poser la question à vos accompagnants, pourquoi est ce qu’ils persistent à ne pas vous laisser les recenser et déterminer leurs identités.
Puisqu’ils vous ont parus si démunis, vous êtes vous interrogé sur l’usage qui est fait des aides incommensurables qui se déversent sur la région.
Sachez qu’elles finissent entre les mains de trafiquants de tout bord au sud de l’Algérie, en Mauritanie, au Mali et bien plus loin encore.
Puisque vous étiez en plein Tindouf, vous auriez pu exiger de vos hôtes de vous laisser vous entretenir vous mêmes, en tête à tête et sans pression, avec ces  populations. Vous auriez pu leur demander par exemple, s’ils sont là de leur propre gré? ou simplement séquestrés comme élément de chantage, à des fins politiques.
Est ce votre émotivité qui vous a poussé à faire ce petit V à l’adresse des quelques dizaines de personnes autorisées à manifester en votre présence? Les autres comme à chaque visite, ont été confinés dans leurs masures et autres gîtes et casernes.
En tant que marocain, j’attends de vous Monsieur le secrétaire général des excuses franches et non point des explications.
Votre émotivité ne m’émeut point. Ici nous ne sommes pas prêts d’oublier que vous nous avez injustement froissés.
Cette population qui vous a tant attristé par son état misérable, n’est que séquestrée par des séparatistes, tous marocains, dont aucun n’est né dans la région en question et dont pères, mères, frères, sœurs, cousins, tribus, vivent en paix dans la terre de leurs ancêtres: le Maroc. Ils y participent libres, à sa construction et à son évolution.
Certains ont même des frères et sœurs dans les plus hautes sphères de l’état et dans les instances élues locales, régionales et nationales.
Avec un peu de culture historique, vous auriez appris que oui effectivement nous sommes des occupants mais depuis quelques millénaires tout de même.
Par votre posture irresponsable, au lieu de privilégier la paix, vous  avez soufflé sur les braises.
Fort de votre soutien sans valeur, vos hôtes viennent de déployer tout un arsenal à Bir Lahlou, une zone pourtant sous votre protection. Allez chercher qui
Les instrumentalise,  les arme et les manipule.
Sachez que nous sommes bien plus attristés que vous de la misère de nos frères et sœurs séquestrés à Tindouf et attendons de vous de les délivrez, afin qu’ils rentrent  chez eux et  profitent enfin d’une vie décente.
Ici on dit
ان الوطن غفور رحيم
Mais cela est une autre paire de manches
Par Aziz Daouda 

Commentaires