PARTAGER

Est-ce la fin de la querelle entre le Maroc et le secrétaire général (SG) des Nations Unies, Ban Ki-moon ? Cela semble être le cas si l’on s’attarde sur la conférence de presse du porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, qui a dit regretter les propos sur le Maroc.

Pour Dujarric, le plus important aujourd’hui est de reprendre le travail de la Minurso. Il affirme que le secrétaire général des Nations-Unies, son envoyé spécial Christopher Ross et Kim Buldoc ne ménageront aucun effort pour tenter de trouver une solution « juste et globale, comme l’ont demandé les membres du Conseil de sécurité des Nations-Unies ».

« Le SG regrette les malentendus et les conséquences de ces malentendus. Il n’a jamais voulu dire ou faire quelque chose qui allait offenser le Royaume du Maroc, un membre apprécié des Nations-Unies », a affirmé le porte-parole, ajoutant que ce dernier « n’a pas pris et ne prendra jamais position sur le conflit du Sahara. Christopher Ross n’a jamais voulu chercher à imposer une position particulière sur le conflit ». Et d’ajouter que la « position des Nations-Unies n’a pas changé ; rien de ce que le SG a dit ou fait n’était destiné à signaler un changement de position des Nations-Unies ».

Stéphane Dujarric s’est également attardé sur le terme « occupation » employé par Ban Ki-moon lors de son voyage dans les camps de Tindouf. « L’utilisation du terme ‘occupation’ n’était pas délibérée. C’était spontané et personnel et nous regrettons tout malentendu et les conséquences découlant de l’usage de ce terme », a-t-il poursuivi, précisant que ce terme avait été « utilisé une seule fois » et ce en réponse à une question de la presse.

Commentaires