PARTAGER

Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’ONU, n’en revient toujours pas de la marche organisé le dimanche dernier à Rabat et qui a réuni trois millions de personnes en colère contre ses propos hostiles à l’égard du royaume sur l’affaire du Sahara loin de la neutralité que lui impose sa fonction.

Il a fait officiellement état de déception et sa colère de voir son nom hué par les foules qui ont demandé son départ. Or, ce départ est déjà programmé avant la fin de l’année au terme de son mandat, mais ce que craint le plus le secrétaire général onusien justement, c’est de voir cette fin de mandat gâchée par cette affaire et le conseil de sécurité de lui demander des explications sur sa sortie de route et ses dérapages verbaux, ce qui constituerait pour lui un affront après tant d’années passées à la tête de l’ONU. Ceci, d’autant plus que de nombreux pays amis du royaume membres de ce conseil ont conseillé discrètement à Rabat de déposer une plainte contre Ban Ki Moon avant qu’il n’attaque le Maroc d’une manière ou d’une autre , dans le rapport qu’il doit livrer le mois prochain sur le bilan de son action en faveur d’une solution au conflit du Sahara.

De ce fait, le secrétaire général de l’ONU décrié par tous les marocains est à la recherche d’un arrangement diplomatique avec Rabat pour sortir indemne de son conflit avec le Maroc.

Par Jalil nouri

 

Commentaires