Barack Obama reçoit le dalaï lama, malgré la colère de Pékin

Barack Obama reçoit le dalaï lama, malgré la colère de Pékin

139
0
PARTAGER

La Maison Blanche avait multiplié les précautions pour assurer une discrétion maximale à la rencontre en prévision du courroux de Pékin, annonçant le rendez-vous au dernier moment, vendredi soir.

 

La presse n’a pas été conviée et aucune photo n’a pu être prise de l’entrevue, qui a eu lieu dans la Salle des cartes de la résidence, et non dans le bureau Ovale, où sont reçus les chefs d’Etat.

Barack Obama est « le président de la plus grande démocratie, il a donc naturellement manifesté de l’inquiétude au sujet des valeurs humaines élémentaires, des droits de l’homme et de la liberté religieuse », a confié le chef spirituel des Tibétains à un journaliste de l’AFP, peu après la rencontre, qui a duré 45 minutes.
« Par conséquent, il a montré une inquiétude sincère au sujet des souffrances au Tibet mais aussi dans d’autres endroits », a-t-il ajouté.

Qualifiant l’entrevue de « retrouvailles spirituelles », le dalaï lama a affirmé se sentir proche de Barack Obama « à un niveau humain », tout en rappelant que ses relations avec les autres présidents américains avaient été tout aussi chaleureuses.

Pékin avait réagi très vivement à l’annonce de l’entrevue, le ministère chinois des Affaires étrangères demandant à Washington « d’annuler immédiatement ».

La rencontre avait été annoncée à la dernière minute vendredi soir, la veille du départ du chef spirituel des Tibétains après un séjour de onze jours à Washington où il a participé à un rite bouddhiste.

Lorsqu’il avait été reçu en février 2010 par Barack Obama, il avait été photographié par l’AFP quittant la Maison Blanche par une porte latérale près de laquelle des sacs poubelle étaient posés.

L’entrevue de samedi « illustre le soutien vigoureux du président en faveur de la préservation de l’identité religieuse, culturelle et linguistique unique du Tibet et de la protection des droits de l’homme des Tibétains », avait commenté vendredi la Maison Blanche.

Les Etats-Unis doivent « rester fidèles à leur engagement de reconnaître que le Tibet fait partie de la Chine », a rétorqué le porte-parole du ministère chinois, Hong Lei, exigeant que Washington « n’interfère pas dans les affaires intérieures chinoises » et ne fasse rien qui soit susceptible de « nuire aux relations sino-américaines ».

Le chef spirituel des Tibétains, qui a quitté son pays en 1959 après l’échec d’un soulèvement contre la présence chinoise, assure qu’il ne réclame pour le Tibet qu’une autonomie réelle. Mais Pékin accuse le dalaï lama de rechercher l’indépendance du « Toit du monde ».

Des négociations engagées épisodiquement entre des émissaires du gouvernement tibétain en exil à Dharamsala (Inde) et des représentants de Pékin sur l’avenir du Tibet n’ont débouché sur rien.

Des internautes chinois ont manifesté leur colère samedi. « Les Etats-Unis n’ont jamais respecté la Chine. Le moment est venu de vendre nos réserves en dollars (Pékin détient 1.153 milliards de dollars de bons du Trésor), pour frapper un grand coup le billet vert », a estimé « freemanchina8″.

La télévision nationale chinoise CCTV n’a pas mentionné la rencontre dans son journal de la mi-journée samedi.

Les précautions prises par la Maison Blanche pour garder l’entrevue discrète ont aussi valu à Barack Obama des critiques du camp républicain. Le député Chris Smith a jugé que la rencontre aurait dû être annoncée « bien plus tôt ».

La visite survient au moment où Pékin célèbre les 60 ans de la « libération pacifique » du Tibet par les troupes communistes de Mao Tsé-toung.

A cette occasion, le gouvernement vient de publier un « Livre blanc sur le développement du Tibet », selon lequel « l’indépendance tibétaine » fait « partie d’un plan des agresseurs occidentaux pour dépecer le territoire chinois ».

AFP_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires