Ben Laden mort, des zones d’ombre demeurent

Ben Laden mort, des zones d’ombre demeurent

227
0
PARTAGER

Comment les Américains sont-ils remontés jusqu’à Ben Laden?

La traque s’est focalisée depuis des années sur un émissaire de confiance du chef d’Al-Qaïda. Des membres de la nébuleuse détenus par la CIA avaient livré son nom de guerre mais sa véritable identité demeurait un mystère. C’est seulement à l’été 2010 qu’il est repéré et mène la CIA à la résidence d’Abbottabad, selon les compte-rendus livrés par de hauts responsables de l’administration Obama.
Ces derniers sont beaucoup moins diserts sur ce qui a permis cette percée, l’identification finale et la localisation du fameux messager, tué dans l’assaut aux côtés de Ben Laden.

Un tuyau pakistanais? D’autres interrogatoires de détenus? Le flou demeure. Le New York Times avance qu’il aurait été aperçu en juillet circulant à bord d’une voiture à Peshawar (ouest du Pakistan), dont des agents pakistanais de la CIA auraient relevé l’immatriculation.

Y a-t-il eu d’autres options envisagées pour l’éliminer?

Malgré les renseignements accumulés, la CIA estimait entre 60 et 80% les chances que Ben Laden soit dans la résidence mais qu’il fallait agir, a reconnu son directeur Leon Panetta.

Un bombardement par des avions furtifs B-2, volant directement depuis les Etats-Unis, était possible. Pour être efficace, les militaires américains jugeaient qu’il fallait larguer 32 bombes d’une tonne chacune, selon le New York Times. Des missiles de croisière ont également été envisagés, selon Leon Panetta, mais exclus eux aussi pour éviter les dommages collatéraux.

Un bombardement n’aurait pas permis d’apporter la preuve que Ben Laden occupait bien la résidence et y avait été tué.

Pourquoi n’y a-t-il pas eu de prisonnier dans l’assaut?

La mort de Ben Laden a donné lieu à de nombreuses spéculations sur les intentions des Américains. Cherchaient-ils à le tuer? Les responsables américains affirment que l’objectif était de le capturer si possible mais que Ben Laden a « résisté » -ce à quoi ils disaient s’attendre- et a donc été abattu d’une balle dans la tête.

L’arrivée peu discrète d’hélicoptères nuit à l’élément de surprise, ce qui a pu laisser le temps à certains occupants de chercher à se défendre, a expliqué à l’AFP Dick Hoffmann, un ancien membre des Navy Seals.

Ben Laden et son fils, le messager et son frère ainsi qu’une femme ont été tués par les Américains.
Les membres « non-combattants » des familles présentes dans la résidence, des femmes et des enfants, ont été laissés sur place. La perte d’un hélicoptère en raison d’une défaillance mécanique réduisait de toute façon les capacités de transport.

Le Pakistan a-t-il joué un rôle dans l’opération?

Dès l’annonce de la mort du chef d’Al Qaïda, Barack Obama a jugé « important de noter que notre coopération dans l’anti-terrorisme avec le Pakistan nous a aidé à parvenir à Ben Laden et au complexe dans lequel il se cachait ».

L’administration américaine a voulu ménager Islamabad mais la suspicion semble régner alors que les relations, traditionnellement tumultueuses, entre les deux pays sont au plus bas.

Malgré les risques d’une intervention contre les commandos, les Pakistanais n’ont pas été prévenus de l’opération car « ils auraient pu alerter » Ben Laden, a même affirmé Leon Panetta.

Le principal conseiller antiterroriste du président américain, John Brennan, est allé plus loin en jugeant « inconcevable que Ben Laden n’ait pas bénéficié d’un système de soutien dans le pays qui lui a permis de rester là pendant longtemps », vraisemblablement depuis 2005.

AFP_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires