PARTAGER

Étant persuadé par avance que c’est le PJD qui remportera haut la main les prochaines élections législatives et qu’il continuera ainsi de diriger le prochain gouvernement issu de ce scrutin, le secrétaire général du Parti du Progrès et du Socialisme qui a perdu de sa couleur rouge héritée du communisme pour se rapprocher des islamistes dont il est devenu le meilleur défenseur, poursuit son offensive de charme envers ces derniers pour assurer ses arrières et glaner un maximum de portefeuilles pour ses affidés d’un parti qu’il dirige à sa convenance. Pour éviter toute surprise, il vient de sceller une nouvelle alliance avec le parti du PJD de l’actuel chef de gouvernement afin d’avoir une place de choix dans l’éventuelle équipe que le même Benkirane serait appelé à diriger en cas de victoire de sa formation. Il s’agira avec cet accord, de garantir à sa formation l’an prochain plus de postes qu’aujourd’hui, certes, mais des postes -clés dans le futur exécutif.

C’est également une manière pour lui d’apporter une réponse aux rumeurs qui annonçaient récemment son ralliement au PAM pour bloquer la route et marginaliser les islamistes avec la création d’un front de l’opposition et laisser le PJD avec les seuls Mouvement Populaire et l’Istiqlal.

L’on sait à présent que Nabil Benabdellah sait choisir ses alliés et son camp, pressentant que lui-même, serait récompensé pour sa fidélité, en devenant un premier ministre-bis dans le prochain gouvernement .

Par Jalil Nouri

Commentaires