PARTAGER
Alors que les questions relatives à la manière et la méthode dont s’établissent les classements du célèbre magazine spécialisé « Forbes » des plus grandes fortunes du monde, celui des richissimes arabes qui vient tout juste d’être publié au titre de l’année 2015 contient bien des surprises. Surtout en ce qui concerne le Maroc qui se voit accorder un projecteur.
Il y a tout d’abord la disparition du nom du roi Mohammed VI qui y figurait jusqu’à il y a peu en bonne place aux côtés d’autres chefs d’états arabes, notamment ceux de certains pays du Golfe ne cèdent pas leurs premières places sur le podium. Ensuite, il n’y a que deux noms qui semblent difficiles à déloger de cette liste alors que des noms devenus des habitués ont disparu comme les Châabi qui vient de décéder, Anas Sefrioui en perte de vitesse, pour ne citer qu’eux.
Désormais, seuls deux personnalités marocaines caracolent honorablement parmi les plus riches arabe en 2015.
Dans l’ordre l’on retrouve l’incontournable Othmane Benjelloun, le président de la BMCE BANK dont les affaires réunies au sein de l’empire « Finance.Com » continuent de faire flores avec des bénéfices en hausse croissante exercice après exercice. Sa fortune est évaluée par le magazine américain « Forbes » à pas moins de 1,9 milliards de dollars pour devenir la dix neuvième fortune arabe et il ne sera pas étonnant de le voir grappiller des places lors du prochain classement.
De ce fait,  et des changements précités, Othmane BenJelloun devient ainsi l’homme le plus riche du pays et confirme son ascension spectaculaire. Autre ascension fulgurante, celle de Aziz Akhenouch, le milliardaire toujours ministre de l’agriculture et de la pêche maritime qui se voit créditer de la vingt-huitième place avec un matelas très confortable etimé à 1,3 milliards de dollars.

Commentaires