Benkirane à Al Arabiya : «La diplomatie marocaine tente de s’ouvrir davantage...

Benkirane à Al Arabiya : «La diplomatie marocaine tente de s’ouvrir davantage sur l’Algérie

214
0
PARTAGER

«Les intérêts communs et la fraternité entre les deux peuples, ainsi que la logique de l’histoire et de la géographie (…) sont tous des facteurs qui finiront par avoir raison des craintes entravant le dégel des relations maroco-algériennes», a-t-il estimé dans une interview avec la chaîne d’informations en continu ‘Al Arabiya’.

«La diplomatie marocaine tente de s’ouvrir davantage sur l’Algérie», a souligné Benkirane qui a cité la récente visite dans ce pays du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saâd Dine El Otmani.

«La fraternité historique maroco-algérienne a été affectée négativement par le conflit du Sahara», a-t-il déploré, estimant qu’une nouvelle logique est «en train de s’installer», consistant à laisser le dossier Sahara marocain devant les Nations unies et s’employer en même temps à améliorer les relations bilatérales conformément à la volonté des deux peuples.

Benkirane a fait observer que le Maroc «a fait preuve de bonne foi en appelant à la réouverture des frontières» avec l’Algérie, mais les signaux en provenance du voisin de l’Est à ce sujet restent «insuffisants». Pour lui, une telle initiative serait mutuellement avantageuse et représenterait un stimulant fort pour une coopération plus étroite dans la lutte contre des problématiques, comme le trafic de drogue et le terrorisme.

Abordant le dernier round de pourparlers informels sur le Sahara à Manhasset, le chef du gouvernement a regretté que rien de concret n’ait été réalisé en dépit des changements survenus sur les plans international et régional. Le différend du Sahara n’a que trop duré, bien que les circonstances à l’origine de ce conflit remontent au siècle dernier, a-t-il relevé.

Il a, en outre, évoqué les efforts du Maroc pour contribuer au règlement du conflit en Syrie, affirmant que le Royaume s’engage de manière constructive pour une sortie de crise dans ce pays garantissant l’arrêt des violences et de l’effusion du sang. A cet égard, il a estimé qu’une éventuelle rupture des relations diplomatiques entre Rabat et Damas «n’aurait peut-être pas grand effet, alors que leur maintien pourrait être bénéfique».

Concernant l’action gouvernementale, le chef du gouvernement a souligné que «les choses avancent dans la bonne direction» surtout dans la prévision de l’adoption du projet de loi de finances 2012 et de la mise en œuvre de nouveaux chantiers de réforme.

 

Map _______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires