PARTAGER
Alors qu’il traite une partie de ses adversaires de crocodiles, ces derniers ne se gênent pas pour lui renvoyer la balle et estiment que toutes les larmes qu’il verse en abondance en public sont des vraies larmes de crocodile, relevant d’une pire mise en scène et d’un jeu d’acteur habile dont le chef du gouvernement et des islamistes est devenu un maître incontesté.
Les images de sa dernière vidéo dans laquelle il fond en larmes en évoquant le drame de l’attentat terroriste de la mosquée de Médine, le deuxième lieu de l’islam, sont une exception car il est prouvé et expliqué par ses proches, que tous les drames humains l’attristent au plus haut point alors que tout ce qui touche à la religion est du plus grand effet sur sa sensibilité.
Si ses détracteurs s’accordent à considérer que si de faits ayant trait à la religion affectent profondément en effet le leader islamiste, il n’en demeure pas moins que ses scènes de pleurs en public ne sont pas toujours très naturelles.
Parfois touchantes, parfois fabriquées et surfaites, ses apparitions en mode tragique ne laissent guère indifférents, allant même parfois jusqu’à contaminer l’assistance prompte à sortir ses mouchoirs. A moins que comme le rire facile dont il est atteint , Abdelilah Benkirane ne soit également atteint du pleur facile dont il accentue le trait en fonction des occasions.
Par Jalil Nouri

Commentaires