PARTAGER

Benkirane, le leader islamiste du PJD  semble de plus inquiet sur l’état de ses rapports avec ses partenaires de la majorité gouvernementale au fur et à mesure que les élections du mois d’octobre approchent à grands pas  Il les a reçu tout récemment pour leur tenir un langage franc d’un homme fébrile avant qu’il n’obtienne un chèque en blanc de la part de sa formation pour rempiler et garder le flambeau.

Le chef du gouvernement veut s’assurer qu’il n’y aura pas de faux bonds à l’issue du scrutin étant donné que son parti n’obtiendra pas les voix nécessaires pour gouverner quelque soit le cas de figure. Ayant constamment dans le rétroviseur les gesticulations de son rival et leader du PAM, Illyas el Omary, qui tente de fissurer l’actuelle majorité en la vidant de ses composantes, le leader islamiste, toujours sur ses gardes a implicitement proposé à ses alliés de signer un pacte de fidélité pour pouvoir dormir sur ses deux oreilles jusqu’au mois d’octobre prochain. L’idée est en l’air et à l’étude malgré les réticences de certains qui cherchent avant tout à faire accepter leurs conditions avant de signer un document qui les mettraient à la merci du leader islamiste qu’ils soupçonnent de s’intéresser plus à son avenir personnelle qu’à celui de la coalition qu’il continuera de diriger comme bon lui semble y compris de la remodeler à sa guise en y incorporant d’autres formations, comme l’Istiqlal dont le chef, Hamid Chabat, frappe à la porte.

Commentaires