PARTAGER
Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane est entrée discrètement en campagne pré-électorale puisque il ne cesse de multiplier ses interventions dans les établissements privés d’enseignement supérieur pour faire passer ses messages en faveur de son parti du PJD en invitant de manière déguisée, les jeunes à le rejoindre, sachant que tous sont issus de couches aisées ou de la classe moyenne, une cible qui fait amplement défaut à la formation islamiste à la veille du scrutin.
Ce qu’il faut retenir de ces interventions du leader islamiste, c’est qu’elles s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle stratégie de communication avec un langage destiné à courtiser et plaire, loin du verbe populiste utilisé dans les meetings aux fortes connotations religieuses et au ton menaçant contre tous ceux qui ne partagent pas les conceptions du PJD sur la société.
Ainsi, après Oujda , ville dans laquelle il a failli être agressé physiquement, Benkirane a répondu sans réticences à deux deux instituts privés de Casablanca et Rabat pour y prêcher la bonne parole teintée de politique et d’anecdotes croustillantes pour que ce discours insidieux passe plus facilement devant des assistances prêtes à se laisser séduire. Très astucieux, le leader islamiste, le meilleur vrp de sa formation a trouvé un moyen ingénieux de mener une campagne pré-électorale sans crainte de s’attirer les foudres des concurrents et du ministère de l’intérieur.
Par Jalil Nouri

Commentaires