BENKIRANE DÉCLARE LA GUERRE A SES ENNEMIS DANS LA PRESSE

BENKIRANE DÉCLARE LA GUERRE A SES ENNEMIS DANS LA PRESSE

418
0
PARTAGER

Les propos virulents du chef du gouvernement et du parti islamiste qui le conduit n’ont d’égal que son amère sentiment de constater sa grosse baisse de popularité corroboré par un récent sondage commandé par une publication économique .

Depuis, il n’arrive pas à s’expliquer ce résultat catastrophique en termes d’image, puisque cette baisse de popularité serait de l’ordre de 50 % ni à se faire une raison pour rectifier le tour. Il s’est choisi une fuite en avant facile et une cible toute désignée en pareil cas pour vider son fiel et sortir son vocabulaire belliqueux en s’attaquant à certains journalistes et certains supports dont il est difficile de prouver le parti pris et le torpillage de l’action gouvernementale.

A 2M, le chef du gouvernement a rajouté sur sa liste et fort curieusement, le très officiel quotidien  » Le Matin  » qui dit-il ne rate aucune occasion de critiquer le travail de son équipe alors que sa mission est de faire toute le contraire. Quand on connait la prudence légendaire et la frilosité de cette publication on ne peut que s’étonner de cette charge de Benkirane.

Autre nouvelle bête noire de ce dernier qu’il accuse d’être au service de causes et de parties obscures, le premier site d’informations électronique national, « Hespress », qui a la particularité de publier des témoignages de ses lecteurs en guise d’articles. Ceci peut expliquer , du fait de l’abondance de critiques à l’égard du gouvernement, que le site donne l’impression d’être manipulé pour être de la croisade supposée contre l’exécutif.

Enfin dernier et inattendu bouc-émissaire et non des moindres, Rachid Nyni,  le journaliste, éditorialiste et propriétaire du journal « Al Khabar ». La raison en est probablement le fait que cette publication a été à l’origine de la révélation d’au moins deux scandales mettant en cause des ministres de l’équipe gouvernementale. Cela a été suffisant aux yeux du chef du gouvernement pour ranger Nyni et son journal parmi ses ennemis déclarés et à qui il compte mener sa guerre.

A ce rythme et d’ici la fin de la deuxième et dernière moitié de son mandat, il est fort probable que cette liste s’allongera car rien ne semble indiquer que la popularité du chef du gouvernement s’améliorera.

 

Actu-maroc.com

Commentaires