PARTAGER
Au lendemain de sa rencontre avec les deux conseillers du roi venus lui demander au nom du souverain d’accèlèrer la cadence pour former le prochain gouvernement, le chef de l’exécutif désigné, Abdelilah Benkirane, n’a plus d’autre choix que d’annoncer un accord à l’arraché dans les prochains jours, soit avant la fin de l’année qui s’achève, après 3 mois d’attente qui lui a valu un rappel à l’ordre royal.
Dès la fin de cette rencontre, il est venu parler de l’urgence de la situation devant l’état-major de son parti du PJD en promettant que des changements majeurs pourraient intervenir dans les concertations en cours. A cet effet, il doit tenir dans la foulée une réunion exceptionnelle ce mardi avec Aziz Akhenouch, le chef de la formation du RNI qui lui a beaucoup compliqué la tâche et créé de nombreux soucis en refusant l’entrée de l’Istiqlal dans le prochain gouvernement.
Après avoir testé toutes les configurations possibles qui ont conduit à une impasse politique, il ne reste plus au chef de gouvernement que de prendre son courage à deux mains et faire un choix douloureux.
Avec l’Istiqlal et sans le RNI ou avec le RNI et sans l’Istiqlal, probablement  le choix le plus cornélien que Benkirane se doit de faire dans les prochains jours. Le suspense continue de plus belle et le pays reste accroché à cette décision.
Par Jalil Nouri

Commentaires