BENKIRANE ENVISAGE UN REMANIEMENT AVEC LE DÉPART DE MEZOUAR

BENKIRANE ENVISAGE UN REMANIEMENT AVEC LE DÉPART DE MEZOUAR

751
0
PARTAGER

Depuis le départ, sanction du ministre de la jeunesse et des sports, Mohammed Ouzzine,  pour les raisons que tout le monde sait, il était devenu clair que le chef de l’exécutif sauterait sur l’occasion pour une redistribution des rôles dans le but évident de se débarrasser de quelques ministres qui traînent des casseroles et d’autres qui ne sont pas à leur place. A commencer par le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar dont le mandat est jalonné de plusieurs incidents avec des partenaires historiques comme la France qui ont un coût élevé sur le plan diplomatique et qui ne montrerait pas toutes les qualités pour son poste, vu qu’il n’a aucune expérience dans ce domaine.

Il se pourrait donc que l’actuel chef de la diplomatie cède sa place pour qu’elle revienne comme avant à un diplomate de carrière. En échange, le leader se verrait attribuer un poste de ministre d’état car c’est le moins qu’on ait à lui proposer.

Un autre titre de ministre d’état reviendrait également à Mohand Laenser , le leader du Mouvement Populaire qui n’a eu cesse d’exprimer son souhait de quitter son poste à la tête du ministère de l’urbanisme qu’il juge en deçà de son statut après avoir dirigé l’intérieur, chose qui simplifierait la donne pour le mettre à égalité avec l’autre leader Mezouar.

Mais là où le navire de la majorité gouvernementale risque de tanguer, ce sera quand il s’agira de statuer sur les autres départs de ministres sur la sellette pour leurs frasques ou bien à cause des erreurs de casting, le premier ministre risque de se trouver dans l’embarras car la plupart d’entre eux se trouvent dans le parti du l’éventuel ministre d’état Laenser, lequel serait prêt à sacrifier quelques têtes pour en nommer d’autres, histoire de se donner bonne conscience partisane.

Pour le reste, les ministres du PJD ne seraient pas concernés dans leur globalité par ce changement qui, à deux années de la fin du mandat de l’actuel gouvernement sera le dernier sauf un autre incident de parcours que Benkirane redoute.

Actu-maroc.com —————————-

 

Commentaires