BENKIRANE NE CÈDE PAS AUX DEMANDES DES SYNDICATS

BENKIRANE NE CÈDE PAS AUX DEMANDES DES SYNDICATS

830
0
PARTAGER

Refusant toute concession aux principaux syndicats qui demandent des
augmentations pour les salariés à défaut de quoi ils mettront le pays
sous tension sociale, le premier ministre, Abdelilah Benkirane a
répondu par un non catégorique.

Lors de sa dernière intervention devant le parlement, il a voulu
prendre à témoin les élus de la nation pour justifier ce refus.
Il a ainsi expliqué que s’il devait satisfaire les demandes des
syndicats, cela se traduirait par une charge supplémentaire de 27
milliards de dirhams pour les caisses de l’état sans parler de la
hausse moyenne du poids des retraites de 600 dhs.

Il a tenu à rappeler aux passage que les dernières augmentations du
Smig opérées en deux tranches en 2014 et 2015 ont plombé de manière
significative les caisses de l’état et qu’il s’était opposé au
patronat qui étaient contre son principe en raison de la baisse de
compétitivité que cette hausse allait induire pour les entreprises.

Message clair donc, le gouvernement ne procédera à aucune autre hausse
de salaire, quelque qu’en soit le coût social et ce, jusqu’à la fin de
son mandat. Pour enfoncer le clou et montrer sa détermination face aux
syndicats, il a promis que la refonte du système des retraites se fera
avec ou sans eux, en laissant toutefois la porte ouverte à
l’opposition afin qu’elle s’y implique .

Commentaires