BENKIRANE POURSUIT SES CONSULTATIONS

BENKIRANE POURSUIT SES CONSULTATIONS

393
0
PARTAGER

Un coup à gauche et un coup à droite, le nouveau chef du gouvernement est toujours à la recherche de la formule magique à même de satisfaire son parti après avoir tapé à la porte de la Koutla qui sera représentée par l’Istqlal et le PPS et sans l’USFP qui a préféré rejoindre l’opposition. Si on rajoute aux deux premiers la formation harakie du Mouvement Populaire, nous avons là, tous les éléments du cocktail gouvernemental appelé à gérer les affaires du pays pedant les 5 prochaines années. Un gouvernement hybride, mêlant plusieurs sensibilités et programmes dirigé par une personnalité issue des rangs islamiques dont on voit mal comment il pourra mener harmonieusement cette équipe vers des objectifs qui restent à clarifier dans le futur programme gouvernemental. Il faudra donc du temps pour y parvenir et c’est pour cette raison que le premier ministre se donne encore une bonne semaine pour parachever son tour d’horizon et débroussailler le terrain. Dans le meilleur des cas donc, le nouveau gouvernement ne sera pas connu avant une quinzaine de jours. Car outre la question du programme à mettre en oeuvre, figure l’épineuse question des postes à distribuer et selon quels critère. Il sera difficile de satisfaire toutes les parties tellement les demandes dépassent l’offre. L’on sait d’ores et déjà qu’Abdelilah Benkirane souhaiterait un gouvernement ramassé avec tout au plus 15 ministres et une dizaine de secrétaires d’état. Or a lui seul, l’Istiqlal demande 10 ministères parmi les plus importants dont les affaires étrangères et l’équipement, ce qui réduit la marge de manœuvre du chef de gouvernement pour satisfaire les propositions de son parti et des autres formations qui composeront son gouvernement. Celles-ci , au même titre que l’Istiqlal , demanderont également un maximum de portefeuilles ministériels pour arriver au final à 5 ou 6 maroquins susceptibles de calmer les candidats impatients dont les profils devront correspondre aux conditions du chef de fil, le PJD. De plus, ce dernier n’exclut pas la possibilité d’intégrer à cette équipe des technocrates pour pallier d’éventuelles défaillances en termes de compétences. Abdelilah Benkirane semble s’armer de beaucoup de patience pour constituer son équipe dans le cadre de sa première participation et celle de son parti à un gouvernement qu’il souhaite compacte à défaut d’être homogène pour accomplir le lourd travail qui l’attend dans le respect des engagements pris avec les électeurs qui l’ont porté à la tête de ce gouvernement. Le pari est loin d’être gagné d’avance.

JALIL NOURI POUR ACTU-MAROC.COM____________________

 

 

 

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires