PARTAGER

Plus rien n’arrête l’ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui a repris ses attaques virulentes contre tous ceux qu’il soupçonne derrière derrière sa chute ou de s’opposer à son éventuel retour à la tête de l’exécutif.

Refusant de rendre le micro au cours d’un meeting de sa formation à Témara, le numéro 1 de la formation du PJD s’en est violemment pris à son homologue du RNI qu’il accuse ouvertement d’être à l’origine volontairement de son départ forcé du gouvernement en instaurant le blocage pour obtenir sa disgrâce et le faire remplacer par El Othmani. Se préparant à voir la relève s’installer aux commandes du parti de l’Istiqlal personnifiée par l’ancien ministre et président actuel du Conseil Économique, Social et Environnemental, Nizar Baraka, promis à succéder à Hamid Chabat lors du prochain congrès de cette formation, Benkirane qui est donné pour partant de la scène politique, n’en estime pas moins que Baraka n’a pas le profil d’un chef politique susceptible de redonner au vieux parti de l’Istiqlal, le souffle nécessaire pour redorer son blason et mettre fin à des années de disette électorale. L’intéressé retiendra la leçon. L’on retiendra, pour notre part,que Benkirane n’épargne plus personne dans ses discours vengeurs, et que toujours fortement aigri, il n’est pas loin de prononcer la phrase et jugement de trop.

 

Par Jalil Nouri

Commentaires