PARTAGER

Le chef du gouvernement et leader du parti islamiste du PJD vient de créer la surprise en se faisant porter candidat par sa formation aux élections législatives du 7 octobre prochain, rompant ainsi avec une tradition qui veut qu’aucun chef de gouvernement de l’ère Mohammed VI ne se soit présenté pour un mandat de député de la première chambre.

Ceci d’autant plus qu’ à ce titre, le numéro 1 de l’exécutif doit en principe rester en dehors de cette course et rester neutre en tant que principal responsable du bon déroulement des élections et de leur transparence, alors que dans le cas de Benkirane, le fait de se présenter comme tête de liste à Salé, un fief de son parti, il redevient un candidat comme les autres malgré sa notoriété. C’est sur cette notoriété justement que le PJD veut jouer pour réaliser un tabac dans cette ville déjà acquise aux islamistes puisque Benkirane est l’un de ses représentants depuis 1997 sans discontinuer, un vrai record pour un élu qui n’y réside pas mais qui y possède plusieurs écoles dont les parents d’élèves lui accordent un confortable panier de votes en sa faveur.

Mais pour Benkirane, il s’agit plutôt d’envoyer un message pour clamer haut et fort sa légitimité politique par les urnes et démontrer sa popularité à ceux qui en doutent encore ou la contestent.

Commentaires