PARTAGER
L’on ne pourra pas reprocher au chef du gouvernement d’être un sacré optimiste. Preuve en effet ces réunions consacrées aux préparatifs de la formation du nouveau gouvernement qui sortira des élections du 7 octobre prochain tant son assurance de voir son parti les remporter est grande. Pour poursuivre les chantiers ouverts avec son équipe de ministres de l’actuelle exécutif, tous issus, à l’exception des technocrates, des partis de la coalition, Benkirane ne voit aucun mal à reconduire bonne partie d’entre eux dans leur fonction. Pour ce faire, il consulte en ce moment lors de repas organisés à son domicile, les chefs de ces partis accompagnés de leurs ministres, pour distribuer des notes à chacun et les féliciter dans la majorité des cas. C’est dire que le leader islamiste, qui a vu son parti accepter le principe de sa reconduction pour un nouveau mandat, ne se fait aucun doute sur le fait de rester à son poste, ni sur la composition de sa future équipe.
Après des démêlés avec la formation du RNi et son chef Mezouar qui ne sera pas ou plus l’allié de Benkirane en 2017, il ne voit aucun mal à refaire la route avec le parti de l’Istiqlal qui l’avait abandonné, mais sous certaines conditions, a-t-il tenu à préciser à ses visiteurs  La troisième composante de cette alliance est donc connue puisque outre le PJD, l’Istiqlal , le Mouvement Populaire, l’incontournable PPS devrait boucler la boucle. Les dès sont-ils jetés pour autant et les jeux déjà faits ?
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires