PARTAGER

Vingt ministres et pas un de plus. Le chef de gouvernement Abdelilah Benkirane, reconduit dans ses fonctions pour un mandat de cinq ans, semble avoir tiré des leçons intéressantes de sa première expérience et s’est imposé une cure d’austérité en nombre de portefeuilles pour sa future équipe et pour une réduction drastique des dépenses de fonctionnement de son équipe mais également avec des arrières pensées politiques.

En optant pour un cabinet ramassé, le leader islamiste du PJD voudrait faire d’une pierre deux coups pour couper l’herbe sous les pieds des partis de la prochaine majorité devant l’accompagner en les contraignant à moins de gourmandise en nombre de ministères et ainsi à éviter les surenchères et le clientélisme internes. la démarche lui permet ainsi de rester loin des marchandages habituels qui retardent la formation du gouvernement . Celui-ci devrait être installé au lendemain de la conférence de la « COP 22″ soit vers la mi-novembre si les tractations en cours ne s’enlisent pas pour ces raisons du nombre de postes à réserver à chacun des partis appelés à le former.

Reste à savoir si ces vingt portefeuilles comprennent les cinq ministères de souveraineté ou non, auquel cas, Benkirane devra faire avec vingt cinq ministres, ce qui reste plus pratique que la quarantaine habituels.

Commentaires