PARTAGER
Après avoir été longuement chahuté et évité le pire au niveau de sa sécurité dans un institut privé d’Oujda, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, semble avoir compris que des menaces sérieuses pesaient sur lui lors de ses apparitions publiques en raison des appels à manifester répétés de la part des étudiants-chômeurs ou des enseignants-stagiaires qui le suivent dans tous ses déplacements pour lui mener la vie dure en perturbant ses sorties et discours.
Dès lors, le leader islamiste a réduit au strict minimum ses interventions lors des meetings de son parti ainsi que les cérémonies officielles dans lesquelles il aime venir lâcher quelques plaisanteries pas toujours de bon gout pour le public féminin. La chose s’est vérifiée cette semaine quand les ministres venus répondre à l’invitation de leur collègue Hakkaoui en charge des questions de la femme, ont été étonnés de l’absence de leur chef qui s’était fait représenter par son épouse.
Selon certaines sources au sein de son cabinet, Abdelilah Benkirane, avait été prévenu par avance que des manifestants s’apprêtaient à venir gâcher la fête, une intrusion qu’il craint au plus point, ce qui l’aurait poussé à rebrousser chemin.
Ces mêmes sources ont précisé que le leader islamiste éviterait toute prise de parole en public jusqu’à nouvel ordre, jusqu’au retour au calme, chose qui n’est pas susceptible de se produire de sitôt jusqu’aux élections  d’octobre.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires