PARTAGER
Le chef du gouvernement désigné par le roi pour la formation du gouvernement issu des dernières élections n’a pas avancé d’un iota dans sa tâche. N’étant pas au mieux de sa forme et ressentant une certaine lassitude dans ses négociations avec les différents et éventuels partenaires de sa future majorité, Abdelilah Benkirane continue de chercher sa solution miracle qui lui épargnerait une grave crise politique en cas d’échec redouté en raison des conditions posées par chacune des formations.
Ne voulant ni d’un bloc constitué par les partis de la « Koutla » qui le prendrait en otage au sein du gouvernement, ni d’un front libéral emmené par le RNI et composé du Mouvement Populaire et l’Union Constitutionnelle qui lui poserait le même problème de rapport de forces, le leader islamiste a tout le mal du monde à prendre une décision définitive.
Les formations, elles, prennent tout leur temps à donner une réponse sur leur participation au gouvernement ou bien quand elles le font, c’est en posant des conditions impossibles à satisfaire.
En désespoir de cause, le chef du gouvernement ne cesse de s’en remettre à la direction de son parti qui reste tout aussi impuissante à lui trouver une sortie de cet imbroglio.

Commentaires