PARTAGER

Les élus de la commune rurale d’Ahlaf, dans la province de Benslimane, viennent de dénoncer l’octroi, par les autorités, de permis de construire signés à blanc à une bande spécialisée dans la vente de terrains agricoles.

C’est un nouveau scandale immobilier qui vient d’éclater dans la province de Benslimane. Les élus et habitants de la commune rurale d’Ahlaf, relevant de la province de Benslimane, ont révélé que des permis de construire signés à blanc avaient été délivrés par les autorités à une bande spécialisée dans la vente de terrains agricoles. C’est ce que rapporte le quotidien Assabah, dans son édition de ce jeudi 9 juillet. Ce document administratif fourni par le service technique de la commune ne contient aucune donnée sur l’utilisateur du permis de construire, mais est signé par le président de la commune. Chose qui donnait le droit au détenteur de ce document d’en disposer à sa guise.

La découverte de cette flagrante transgression de la loi est le fruit d’un pur hasard. Les élus de la commune d’Ahlaf sont en effet tombés sur un premier permis de construire signé à blanc avant de découvrir que quelque dix autres permis avaient déjà été fournis à une bande spécialisée dans la vente de terrains agricoles.

Selon les sources du journal Assabah, la bande organisée achetait des terres rurales à petit prix avant de les agencer en plusieurs lots de terrains et les revendre à des tarifs conséquents à des acquéreurs, hors de la commune. Bénéficiant d’un permis de construire signé à blanc, ces terres agricoles se vendaient à prix d’or sur le marché.

D’après Assahab, les membres de cette mafia ont également profité des travaux de rénovation de la route régionale 3305 pour vendre des terrains y adjacents qu’ils avaient déjà acquis. Ce qui a fait flamber les prix de vente.

Une source citée par Assabah a affirmé qu’un membre de la bande avait acquis un lot de terrain d’une superficie de 4000 m2 à 50.000 dirhams pour le revendre à 370.000 dirhams, après la rénovation de la route, tout en fournissant un permis de construire signé à blanc à l’acheteur.

Les élus de la commune d’Ahlaf tiennent pour principal responsable de ce scandale le président du conseil communal, qui appartient au parti de l’USFP.

Source : Le360

Commentaires