Birmanie : l’opposante historique Aung San Suu Kyi devient députée

Birmanie : l’opposante historique Aung San Suu Kyi devient députée

154
0
PARTAGER

L’opposante birmane Aung San Suu Kyi a remporté un siège de députée pour la première fois de sa carrière lors d’élections partielles historiques, ce dimanche 1er avril 2012, selon son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

« Aung San Suu Kyi remporte 99% des voix dans sa circonscription rurale de Kahwmu », a déclaré Soe Win, un cadre de la Ligue, tandis que des milliers de partisans hurlaient leur joie et chantaient devant le siège du parti à Rangoon.

Les opérations de vote ont débuté à 06h00 locales (23h30 TU samedi). Aung San Suu Kyi, qui a passé quinze années en détention depuis 1989, se présentait pour la première fois devant les électeurs après la décision de son parti de participer à ces élections partielles.

Un total de 45 sièges étaient en jeu dans tout le pays, dont 44 brigués par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi: 37 à la Chambre basse du Parlement (sur un total de 440), six à la Chambre haute et deux dans des chambres régionales.

Considérée il y a encore deux ans comme l’ennemie publique numéro un par la junte alors au pouvoir, la lauréate du prix Nobel de la paix était très largement favorite même si elle affrontait le verdict des urnes pour la première fois. Après avoir mis un terme à ses derniers déplacements à la suite de problèmes de santé mineurs, elle semblait en bonne forme, tout sourire et à son aise alors qu’elle déambulait, vêtue d’une robe rouge, dans les villages de sa circonscription.

Icône magnifique détenue par la junte birmane, Aung San Suu Kyi était apparue marginalisée fin 2010 à sa libération. Les réformes l’ont depuis transformée en un acteur politique majeur, à deux doigts d’entrer au Parlement avec la bénédiction du pouvoir.

Des observateurs heureux

« Nous sommes heureux de constater que tout se déroule dans le calme et nous espérons que toute la journée se passera tranquillement », a déclaré à mi-chemin du vote le député européen Ivo Belet, présent en qualité d’observateur. « Nous procéderons ultérieurement à une évaluation, sur la base de toutes les observations effectuées dans les bureaux de vote », a-t-il ajouté.

Un gouvernement civil est arrivé aux affaires voici un an après pratiquement un demi-siècle de régime militaire, et il a surpris la communauté internationale par la rapidité avec laquelle il a engagé des réformes politiques et économiques, notamment en libérant plusieurs centaines de prisonniers politiques.

Pour être jugé crédible, le scrutin devra recevoir la bénédiction d’Aung San Suu Kyi, dont l’assignation à résidence a pris fin en novembre 2010.

Concernant ces législatives, elle a d’ores et déjà dénoncé ce vendredi 30 mars 2012 des pressions « au-delà de l’acceptable ». Le gouvernement birman a invité un petit nombre
d’observateurs électoraux, dont cinq de l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), mais ils n’ont guère eu de temps pour effectuer des préparatifs en Birmanie.
En 2010, le parti de Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), avait boycotté les législatives.

 

 

rfi.fr ______________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires