PARTAGER

«Quelqu’un a lancé une bombe au passage d’un bus de ramassage de la garde présidentielle qui fait quotidiennement le trajet entre Carthage et Tunis. Il stationne ensuite dans la rue où l’explosion s’est produite», selon un témoin présent sur place.

«L’explosion a eu lieu dans une rue perpendiculaire à l’avenue Mohamed V au bout de l’avenue Bourguiba, non loin de l’institut français et de l’ambassade de France. Mais deux symboles étaient clairement visés : l’explosion a eu lieu devant l’ancien siège de la RCD déchu, (parti de Ben Ali, ndlr) et face au ministère de l’intérieur», ajoute le témoin.

«Tout le bus a été détruit, il y a beaucoup de victimes, au moins douze morts, peut être quatorze, mais les sources sont contradictoires», ajoute le témoin.

«L’attentat s’est produit à quelques heures de l’intervention télévisée du président Beji Caïd Essebsi sur la chaîne publique Wataniya 1. Ce dernier a prévu d’avancer son intervention et il devrait proclamer l’état d’urgence, il venait de le suspendre».

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a proclamé mardi soir l’état d’urgence en Tunisie et un couvre-feu dans le Grand Tunis, après l’attentat qui a fait au moins 12 morts contre un bus de la sécurité présidentielle.

« Au vu de cet évènement douloureux, de cette grande tragédie (…) je proclame l’état d’urgence pour 30 jours aux termes de la loi et un couvre-feu dans le Grand Tunis à partir de 21H00 jusqu’à demain 5h00″, a déclaré le chef de l’Etat dans une brève allocution télévisée.

Commentaires