PARTAGER

L’affiche de cette neuvième journée sera incontestablement le choc qui mettra aux prises à Rabat le FUS au Wydad. Une explication entre le leader et son dauphin qui le suit à cinq points.

Rentré d’Agadir en cours de semaine avec une rassurante victoire , le WAC va certainement chercher à confirmer son statut de leader incontestable de notre championnat. Les Rouges ont énormément d’arguments à faire valoir malgré leur manque d’efficacité devant les buts.

Mais tout dépendra dans ce duel de l’attitude des joueurs du FUS car soit ils vont savoir se montrer conquérants à condition d’avoir les moyens de dominer les Casablancais et leur prouver qu’ils seront de sérieux candidats pour disputer le titre, soit ils vont choisir tout comme le Hassania mercredi dernier de baisser les bras et de laisser le Wydad faire la course en solitaire en tête du classement. Dans tous les cas, espérons que la montagne n’accouchera pas d’une souris et que ce choc tiendra toutes ses promesses.

Le MAT prend la direction d’Alhouceima avec la ferme intention de confirmer face au Chabab Rif ses deux récents succès face au Raja et au MAS.
Les poulains de Lobera voudront rester sur leur lancée et montrer qu’ils ont définitivement lâché leurs idées noires , mais auront devant eux un CRA très mal en point depuis un moment. Franchement, une nouvelle défaite à domicile des Rifains serait très dure à avaler.

L’IRT qui n’en finit plus de surprendre par son jeu et d’épater par ses bons résultats reçoit des Safiots fatigués par d’incessants déplacements et par un moral au plus bas. Les Tangerois ont gagné leurs deux matchs à huis clos et nul doute qu’ils voudront remporter le troisième mais n’enterrons pas trop vite l’OCS.

Le KAC qui reçoit le HUSA aura intérêt à se méfier des Soussis battus chez eux en milieu de semaine, mais qui ont l’habitude de bien voyager et de surprendre à l’extérieur.

Les FAR se déplacent à Fes et comptent bien continuer leur belle série face au MAS qui franchement est une très belle lanterne rouge mais qui a intérêt à ne pas le rester longtemps. Les Fassis combinent bien mais ont des petits détails à régler. Des petits détails qui leur ont souvent coûté très cher.

Le KACM accueille la RSB et entend faire respecter sa loi chez lui surtout que jusqu’à présent les Marrakechis n’arrivent toujours pas à chercher des points loin de chez eux. En face, Cela a grogné très fort à Berkane cette semaine après la défaite face au FUS et cela n’augure rien de bon en ce qui concerne le climat qui sévit autour de cette équipe. La RSB avait réussi un parcours plus qu’honorable la saison dernière et l’on ne comprend pas pourquoi le public de Berkane perd patience aussi vite comme si on avait oublié que la RSB se morfondait il n’y a pas si longtemps dans les oubliettes de l’anonymat de la seconde division.

Le Raja qui reçoit l’OCK n’a plus vraiment droit à l’erreur car après deux défaites de suite les Verts connaissent des moments difficiles et une atmosphère mouvementée et détestable . C’est le genre de match , comme dirait Walid Regragui, ou le Raja doit absolument gagner , par n’importe quel moyen. Même devant des Khouribguis récents vainqueurs de la Coupe du Trône, mais qui n’ont pas encore produit un grand football cette saison.
Entre nous, la question qu’il va falloir se poser est la suivante: y a t-il une fatalité à ce que le Raja soit très mauvais à chaque saison où le voisin Wydadi est en haut de l’affiche. ?
En effet, on a rarement vu les deux grands clubs Casablancais dans leurs meilleures dispositions au même moment exactement comme si l’un tombait malade dès que l’autre caracole en tête.

Enfin lundi le MCO croisera le fer avec un DHJ toujours en hibernation même si ce n’est pas encore la saison.
Le Mouloudia a montré de bien belles choses lundi dernier face à l’OCK et si les Oujdis arrivent à répéter le même récital nul doute qu’ils ne feront qu’une seule bouchée des Jdidis même si en attendant aucun match ne ressemble à un autre.

Cette affiche classique de notre botola va raviver de bien beaux souvenirs pour ceux et celles qui se rappellent des années 70 avec les Wazir, Amanallah, Chiadmi côté Doukalli et les frères Filali, Smiri, Tahiri et Belhiouane pour le MCO.
Évidemment, je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître.

Par Hafid Fassi Fihri

Commentaires